mercredi 26 mai 2010

Trouver encore l'énergie pour se lever

Le constat de nombreuses mamans de babis est le même. Une impression d'une seule et même journée qui jamais ne se termine et ce depuis la naissance de leur bébé aux besoins intenses. Des mois que les pleurs se succèdent sans aucune relâche, sans qu'aucune fenêtre d'amélioration se fasse sentir. Épuisés, subissant cette pesante sensation de sommeil permanente, les parents de babis, peuvent parfois s’occuper machinalement de leur enfant.
Alors comment faire pour cette nuit encore, peut être la 912eme si le bambin aux besoins intenses a 2 ans et demi, la 1277ème s'il a un an de plus ? Comment puiser l'énergie pour répondre aux besoins de son intense?
C'est la lecture du manifeste du droit de l'enfant au respect qui m'a redonné des ressources.
Je rassure d'emblée les jeunes parents de babis. Les réveils a 3 ans et demi n'ont plus rien à voir avec ce que nous avons vécu les 2 premières années. Finie la pleine forme et le refus de se recoucher à 4h du matin. Terminé le cycle (voir 2) entier de pleurs. Les réveils de 3 ans et demis sont plus rapides, une tétine perdue, une peluche égarée, une petite soif ou un petit creux, une couche à changer (ou une vessie à soulager), un lit chiffonné, un ventre ballonné, une question existentielle, des petites choses vite réglées mais qui nécessitent tout de même qu'un des parent s'extrait des bras de Morphée.
Dans son manifeste « Le droit de l’enfant au respect », ré-édité en 2009 par les éditions Fabert et avec le soutien de nombreuses organisations solidaires des valeurs y étant défendues (EUR 3,50), Janusz Korczak souligne très justement à la page 20 : « Pour obtenir quelque chose, l’enfant doit le mériter par son bon comportement. Il faut qu’il multiplie les demandes polies, et surtout qu’il n’exige rien ! Rien ne lui revient de droit, tout dépend de notre bon vouloir. […] Le rapport de l’adulte à l’enfant est corrompu à cause du dénuement de ce dernier et de sa dépendance matérielle. »
Sans nous, ses parents, il est impossible à l'enfant de subvenir a ses propres besoins. Il a ce souci permanent de bien faire et de satisfaire ses parents. J'ai même vu mon enfant renoncer à ses propres besoins pour nous satisfaire. C'est au hasard d'un repas que nous avons découvert qu'à tout juste 3 ans ça lui était possible. Nous voyions bien qu'il avait encore faim. Il nous explique "qu'il ne doit pas nous demander des choses à manger" Notre cœur totalement brisé, nous avons compris qu'il s'agissait de sa compréhension depuis ses 3 ans de nos remarques nocturnes conséquentes a ses demandes de nourriture la nuit. Ça ne vous est jamais arrivé une fringale nocturne? Un coup de soif? Il est vrai, avec un intense, c’est plusieurs fois et chaque nuit.
S’il le pouvait, mon intense irait lui même se servir à boire dans le frigo et allumerait la lumière pour retrouver sa tétine cachée quelque part dans un pli de son sac de couchage.
Mais voilà, mon intense a 3 ans et demi et à 3 ans et demi, il a encore besoin de mon assistance pour accomplir tous ces gestes. Alors moi sa maman, je repense à Janus Korczack et je trouve même la ressource pour créditer la réponse à la requête de mon intense, d’un mot doux, d’une caresse et d’un baiser qui l’accompagnera jusqu’au prochain réveil.

4 commentaires:

Nanoue36 a dit…

merci pour ce texte si parlant

Virginie a dit…

c'est tellement ça !!!!

N a dit…

tellement vrai...aujourd'hui notrefille a 2 ans et 1/2 mais elle n'est toujours pas entièrement sortie de là, dur à vivre et très frustrant....je voudrai en discuter avec vous

Epuisella a dit…

N, nous avons un forum de parents d'intenses, lieu privilégié pour discuter de notre quotidien : http://bbintenses.bbactif.com/forum.htm
A très bientôt!