jeudi 5 mai 2011

Quand ont commencé les hurlements intenses?

Le témoignage de Djinn : 
Je viens de voir des photos d'une copine qui a accouché il y a une semaine et je me suis surprise à penser "profite du calme avant le début des coliques"...

A la maternité notre puce hurlait très fort quand on lui faisait des prises de sang, mais c'est tout et quand je regarde les photos des 2-3 premières semaines j'étais radieuse, pas l'air fatiguée du tout... après, ça c'est corsé!
Chez nous, les fameuses coliques ont sonné le début des hurlements impossible à calmer, et très vite aussi l'épuisement de la famille.

Comment ça s'est passé chez vous?

Danièle Starenkyj a une théorie qui dit que si les mères qui allaitent ne consommaient aucun Produit Laitier issu de la Vache, leurs bébés n'auraient pas de coliques. Ça me parait gros, et pourtant, qui sait comment aurait notre vie à ce moment-là si on avait déjà mis le doigt sur l'intolérance de notre fille?

A vos claviers!
 Le témoignage de Elenwe : 

Ici ça a commence le deuxième ou troisième jour...enfin nuit ! je me souviens, j'ai passe la nuit a donner le sein malgré les crevasses, et a bout de fatigue et de douleur je me suis couchée en chien de fusil avec bébé couché-assis appuyé sur mes cuisses-hanches... 
Ensuite ça ne s'est plus jamais arrete ! (et ils ont regretté de pas m'avoir laissé sortir, Zebulon a reveillé tout les bébés en hurlant quand je le promenais dans le couloir pour le calmer ! ) 
Le témoignage de Little_Cutie : 

Dès le 2e jour, elle hurlait pour tout (le bain, le change, la poser dans le lit) mais par contre dans les bras elle se calmait les premiers jours (je veux dire sans qu'elle ait besoin que je sois en mouvement). Au bout de 1-2 semaines , là il fallait du mouvement en plus. Impossible de s'asseoir sauf pour la tétée.
Le témoignage de Nanoue : 
 J'ai mis dès la naissance parce que dans mon souvenir (et malheureusement c'est de plus en plus flou) à part ses deux premières heures où il a tété, il a pleuré tout de suite. J'étais tellement fatiguée que je me souviens à peine de ses trois premières semaines avant notre déménagement


Quant aux produits laitiers, je sais ce qu'on en dit, et Etienne ne peut pas en ingérer, cependant j'apporte un bémol il est beaucoup diabolisé (je vous retrouverais les références demain).

Je ne saurais jamais si j'avais arrêté meme les plv de mon rééquilibrage (qui me permettait de tenir le coup) s'il aurait fait ses nuits plutot ou pas ???!!!!!


 Le témoignage de Gisèle : 
Pour nous tout comme toi Djinn, à la 3ème semaine, malgré 1h de pleurs incalmables à la naissance, les puer ont dit ne jamais avoir vu ça à mon homme qui était avec lui. sinon 2 semaines plutôt cool.Moi je sais que ce sont les PLV, si seulement j'avais su ça au bon moment.

Le témoignage d'Epuisella : 
 Alors chez nous en photo, ça donne ça :
Il avait 12 heures de vie c'était le premier matin, il a dormi 5h d'affilée!!!
Et puis j'ai mangé ça : 
Est-ce le hasard ou le fait de manger quelque chose auquel je suis allergique? La pomme de terre et le lait? J'ignorais que j'avais ces allergies à ce moment.
En tous les cas, la suite est là : 


Le 20 août soit 7 jours après la naissance, me voilà : 

C'est intéressant de faire cette exercice de mémoire.
Dans mon souvenir c'est effectivement ingérable à partir de 3 semaines. Jusqu'alors, c'était dur, mais pas totalement insurmontable.
Le témoignage de Mamko : 
Bon, je reviens dans quelques années. Je suis pas prête pour refouiller dans ces souvenirs là. Rien que d'y penser me fait monter les larmes aux yeux! Pffui, j'ai l'impression de reculer par moment.

Le témoignage de CT0303 : 

Moi j'ai mis plutôt vers la 2ème semaine.
J'ai allaité grougrou à la maternité du 1er au 4ème jour, et je n'ai pas tenu le coup, il pleurait toute la nuit, dès que je le reposais dans son lit endormi après la têtée il se réveillait en pleurant, je n'avais pas de montée de lait, il ne devait boire que du colostrum en petites quantités, je pensais qu'il pleurait de faim, une nuit il a même eu un complément ... et j'avais mal... A la maternité j'ai consommé des produits laitiers. Au 5ème jour on a commencé le LA et ça a bien été pendant 2 ou 3 jours. Dès le 11ème jour on était chez un pédiatre, je vous laisse deviner pourquoi (pleurs continus...). Ensuite on a trouvé le RGO et l'IPLV depuis résolus... 

Le témoignage de Nebirush : 

Chez nous, il n'y a jamais eu vraiment de gros pleurs intenses.
Je me souviens que la première journée, il buvait déjà aux heures. Ne connaissant encore rien dans l'allaitement,j'avais demandé si c'était possible qu'il boive toutes les heures. L'infirmière de me répondre:Bien, ce sont des tétées groupées! Ça dure quelques heures et c'est tout, tu verras, ça va passer!Six mois plus tard, les tétés groupées sont encore là

Je me souviens que dès le 2e jour, il n'arrivait pas à trouver le sommeil profond. Il devait êtreprofondément endormi afin de faire le test de l'audition.... Malgré plusieurs tentatives, il était toujours agité.
Je me souviens que dès la 2e nuit, on pratiquait le cododo. C'était beaucoup plus simple et... tellement mignon!
Vers la 3e semaine semaine, je me souviens que les jours entiers se passaient au sein, c'était maintenant impossiblede le déposer endormi, cododo maintenant obligé! Jusqu'alors, il dormait dans un berceau à côté de nous...mais je finissais toujours avec lui sur moi pour soulager ses maux de ventre. (qui ont cessés quand j'ai arrêté café et ail)
Il n'y a jamais eu de pleurs intenses, je dirais plutôt une incapacité à s'endormir profondément,des changements d'humeur soudains et une constante envie de téter. 

Le témoignage de winnies92 : 

Sans hésiter à 3 semaines. Jusque là piou piou était un bébé super cool .. qui tétait toutes les 2 heures qui dormait jusque 4-5 heures d'affilée.
En fin de 3ème semaine les galères des coliques ont commencé: Tétées toutes les 45min, pleurs du matin au soir, et épuisement des parents... 
Le témoignage de Jacaranda : 
Quand ils l'ont arraché de mon ventre, l'infirmier anesthésiste a fait 2 réflexions comme quoi il criait vraiment très fort. C'était le soir, la nuit qui a suivit il était contre moi et n'arretait pas de sursauter puis pleurer et j'arrivais à l'apaiser en lui parlant. J'ai pensé qu'il revivait les plus de 12 heures de contractions du déclenchement. La 2ème nuit, après 4 heures au sein, je n'en pouvais plus, j'ai sonné. En l'entendant hurler, la puer a dit "il crève de faim". Après, on s'est "organisé" (je suis restée une semaine), l'après midi, mon ami faisait les 100 pas dans les couloirs de la mater pour me permettre de dormir et d'assurer la nuit.
Chez nous, ben il ne pleurait pas tant que ça, il était au sein ou alors on marchait avec, fallait juste ne pas le poser ... 

7 commentaires:

aurélie 74 a dit…

Antoine a 5 ans et demi, Corentin 3 ans et demi, et nous avons passé 5 ans sans dormir une seule nuit complète (du moins elles se comptent sur les doigts d'une main). Nous venons d'avoir confirmation que nos "Babi" et moi-même sommes intolérants / allergiques aux protéines de lait ET au gluten (entre autres)... Votre blog m'a été d'un grand soutien dans les moments de doute, et m'a en partie permis de tenir et de continuer à chercher... Je reviens vous lire après un petit temps d'absence et je tombe justement sur ce sujet. Le médecin pense rétrospectivement que les garçons ont souffert d'un RGO, mais pas détecté... Courage à celles et ceux qui ne dorment pas encore : le sommeil reviendra !

Laureline a dit…

ça a commencé à 1 mois et 1 jour, le jour où je l'ai habillée en 3 mois! les 1ers temps, je plaisantais de la coïncidence, mais ça n'a pas tardé à ne plus me faire rire du tout!
avant, non ça n'allait pas non plus : elle a des besoins intenses depuis sa naissance, mais ça "a été" (càd que c’était gérable) pendant ses 3 1ers jours, à la suite de quoi, accouchement + 3 jours sans dormir = épuisement total! mais pendant 1 mois, même si on était débordés par choupinette, elle ne pleurait que lorsqu'on essayait de la déposer. sinon le portage, l'allaitement à la demande et le cododo suffisaient.
et un beau jour, cela n'a plus suffit!! c'était hurlements sur hurlements, surtout au moment des tétées. je me souviens avoir appelé le médecin de garde en pleine nuit, limite si je ne l'embarquais pas aux urgences, convaincue qu'elle avait forcément mal quelque part pour pleurer comme ça. après interrogatoire, il me dit que c'est des coliques, qu'il n'y a rien à faire. heureusement que je ne l'ai pas cru! persuadée que ses crises pendant la tétée n'étaient pas une coïncidence (elle tétait 2-3 minutes puis crisait, puis impossible de la calmer et elle refusait carrément de téter), j'appelle des animatrices de la leche league, et la réponse apparaît : j'ai un ref: réflexe d'éjection fort, souvent dû aux protéines de lait de vache. l'arrêt total des PLV + les techniques pour "calmer le jeu" dans la production et l'éjection du lait apaiseront un peu choupinette.
mais en même temps, plus elle grandit plus son caractère s’affirme, et elle pleure de plus en plus, devient de plus exigeante, et le maternage proximal ne suffit plus à la contenter ni à la calmer quand elle crise ! (j’ai posté un commentaire à "le maternage et les babis, entre théorie et réalité")
par contre les coliques, elle en a toujours eu la nuit, et j'ai essayé pas mal de trucs, dont la recherche d'allergies diverses, mais ça n'est pas ça. alors j'ai réintroduis doucement les PLV, pas trop sinon le ref revient. mais le lait de vache n'y est pour rien pour ses coliques. ouf, ça me rassure qu'elle n'ait pas d'allergies alimentaires! mais elle pleure toujours beaucoup, souvent… patience! espoir!!

Lysalys a dit…

J'ai aussi eu un bébé aux besoins intenses... Effectivement une allergie au lait de vache qui passerait dans le lait maternel pourrait être plausible... S'agissait-il de cela ? Pourtant ma fille en consomme aujourd'hui sans souci... Et une éviction à un an n'avait rien donné. Par contre, les pleurs ont commencé lorsqu'elle a dû attendre après l'accouchement. La première heure, elle m'a regardée. La seconde, elle a pleuré, le personnel m'a interdit de me lever pour la prendre et a dit qu'elle devait attendre. Alors premiers besoins insatisfaits qu'il a fallu ensuite réassurés ou bien allergie insoupçonnée? La piste est à creuser, merci.

odielaminie a dit…

Maman d'un merveilleux petit Léandre de 7 mois, j'ai pris conscience qu'il était un BABI à peine un mois après sa naissance. Je m'inquiétais alors qu'il ne dorme quasiment jamais (d'où mon épuisement)et je suis tombée par hasard sur un forum où une maman expliquait que son bébé avait des besoins intenses. Après une recherche rapide, j'étais stupéfaite de retrouver le portrait craché de mon fils dans la description des BABI.
Mon petit homme ne me laissant pas une minute à moi, je découvre seulement aujourd'hui ce blog et plus précisément ce post : vos commentaires sur l'éventuel rôle des protéines de lait de vache m'interpellent.
Tout d'abord, je souffre moi aussi d'un réflexe d’éjection fort et je ne savais pas du tout qu'il pouvait être amplifié par les protéines de lait de vache. Le commentaire de Laureline aurait pu être le mien (moi aussi, il m'est arrivé d'appeler le 15 au milieu de la nuit tellement ses hurlements et ses crispations m'avaient effrayée et je l'ai également emmené un vendredi soir aux urgences, ;) )
En revanche, suite à une émission des maternelles sur les allergies alimentaires, j'avais fait le lien entre ma consommation de lait et les crises d’eczéma de mon fils ainsi que des reflux gastriques allant jusqu'à l’étouffement. Ces symptômes n'ont jamais réapparu du jour où je me suis mise au lait de chèvre.
Léandre ne fait toujours pas ses nuits mais il se réveille un peu moins souvent la nuit (2 ou 3 fois en moyenne au lieu de 8 ou 9, ouf !).
Il a toujours été très éveillé : dés la maternité, le personnel hospitalier s'étonnait qu'il les suive du regard avec autant d'attention. Il se réveillait en sursaut à chacun de leur va et viens et je les maudissait en silence de ne pas faire plus doucement tellement je peinais à le faire dormir. Et déjà, à la maternité, il hurlait toutes les nuits jusqu'à ce que je finisse par le prendre avec moi en le calant avec un polochon pour ne pas qu'il passe à travers les barreaux du lit d’hôpital. Il se rendormait alors enfin sereinement et profondément et je pouvais me reposer un peu.
De retour à la maison, petit bonhomme était adorable tant qu'il était dans mes bras ou au sein et se transformait en monstre hurlant dés que je le posais. Il n'arrivait à dormir que dans mes bras même si il y avait du bruit autour alors qu'il se réveillait d'un rien si j'avais réussi à le coucher dans son lit (chose rare).
Voilà pour moi : les hurlements ont donc commencé dés sa naissance !!!

Droledeblog a dit…

Ma sœur a un bébé aux besoins intenses et parfois, il faut distraire le petit. La musique, ou les vidéos rigolotes pour bébé peut aider. Je ne sais pas si ça marche vraiment, mais pour le petit de ma sœur, ça a l'air de fonctionner. :) :)

Inuk a dit…

J'ai accouché de mon 2 enfant le 5 mai 2011. Mon premier, né 4 ans plus tôt a été un BABI dans sa plus pure expression. La venue du 2e n'était pas sans nous inquiéter un brin...s'il fallait qu'il soit lui aussi un BABI? À 24h de vie, l'illusion que nous allions nous en tirer tombait. Loilou était sans contredits un BABI tout aussi intense que son grand frère. À mon premier, Milou, les cris ont commencé à 24h de vie. À la maternité, on a cru qu'il avait faim vu que ma montée laiteuse tardait à venir, ils l'ont supplémenté à la préparation commerciale standard, soit aux protéines de lait de vache. Cris et pleurs +++ dès lors. On nous laisse renter à la maison dans ces conditions plus qu'inquiétantes. Trois à la maison à devenir fou avant que nous nous décidions à emmener Milou à l'urgence de l'Hôpital pour enfant de Montréal. Milou a été hospitalisé trois jours. Ça a été le début de notre collaboration avec Dre NGuyen, aujourd'hui l'ange gardien de mes deux garçons. Directrice de l'unité de pédiatrie, elle est une somité à Montréal. Nous étions dès lors entre bonnes mains. Cela n'a pas empêché les jours, les semaines et les mois de passer sans que personne ne puisse voir clair dans le cas de Milou. Finalement, à 4 mois et demi, on diagnostique un RGO et une allergie aux protéines bovines. En fait, Milou réagissait à toutes les protéines animales présentes dans mon lait, en plus du soya. Je n'ai fait ni une ni deux et je suis devenue végétalienne pour la bonne cause. Je ne dormais plus, je ne mangeais pratiquement plus et je m'épuisais à vue d'oeil. L'éviction des protéines animales n'ont pas fait de miracle dans le cas de Milou. Ceci dit, il n'en mange toujours pas aujourd'hui à 4 ans! Si cela a éliminer les vomissements en jet, ça ne faisait que diminuer un tantinet l'ampleur des crises. Ça ne les a pas enrayé complètement.

Enfin, enceinte de mon 2e, notre chère Dre Nguyen a voulu prévenir le coup et m'a suggéré d'éviter les protéines bovines et le soya durant la grossesse, vu les risques d'atopie. Ma naturopathe, elle, pensait le contraire. Elle croyait que le feotus devait être en contact avec les protéines à travers le liquide amniotique afin d'être désensibilisé avant la naissance. Qui croire? J'ai tranché la poire en deux. J'ai consommé des produits laitiers et du soya pendant 7 mois et je les ai évité les 2 derniers mois, afin qu'il n'y en ait pas de traces dans mon colostrum à l'accouchement.

Malgré cela, à 24h de vie, Loilou (mon 2e) nous jouait le même scénario que son frère. Crises de pleurs interminable. Encore une fois, ma montée de lait tardait à venir. Encore une fois, on a voulu supplémenter mon bébé. Cette fois, par contre, vu l'atopie, c'était défendu de donner des protéines bovines. C'était NEOCATE ou rien. Le protocole étant ce qu'il est ici au Québec, le corps médical se doit d'administrer avant tout un lait de moindre raffinement avant le NEOCATE. On a donc donné du Pregestimil, une préparation à base de soya. Aussitôt, vomis en jet, tortillements et cris stridents inconsolables. Loilou perdait du poids et ça inquiétait tout le monde. De mon côté, je ne faisais qu'engorger, aucune goutte de lait maternelle disponible à mon grand désarrois. Ça a pris l'intervention du Dre Nguyen pour qu'on accepte de donner du NEOCATE à Loilou. Pfff! Nous sommes restés 6 jours à la maternité vu le comportement inquiétant et singulier de Loilou. Ne pouvant identifier comme étant la cause de tout cela, on nous a envoyé à la maison.
(message trop long)

Inuk a dit…

(suite de mon message précédent)

Au bout de deux mois, je n'avais toujours pas de montée de lait digne de ce nom. J'avais beau bénéficier de l'aide des professionnels de la renommée Clinique spécialisée en allaitement Goldfarb, personne n'a pu résoudre le problème de mon insuffisance de lait. Selon eux, j'étais trop épuisée. Ah! vous croyez?

Enfi, six mois plus tard, Loilou a essayé 4 sortes de formules hypoallergènes vendues au Canada. Il ne semblait toujours pas bien digérer (constipation chronique, selles dures et foncée, coliques)en plus de son irritabilité et ses troubles du sommeil. Nous avons lu sur un blog au sujet des allergies à la PB et au soya que des français administraient du Modilac Expert Riz et que cela avait des bons effets sur la digestion de leur bébé. Nous avons fait ni une ni deux, et nous avons commandé via Internet ce fameux Modilac, puisqu'il est interdit par santé Canada, donc pas vendu ici.

Nous avons immédiatement vu une amélioration de la digestion, et nous avons cru voir une diminution de l'irritabilité. Aucun effet sur le sommeil, par contre.

Je vais terminer ici pour ce commentaire, mais j'en aurais long encore à dire. Loilou a été hospitalisé la semaine dernière et j'en ai long à dire là-dessus. Je m'exprimerai ailleurs éventuellement.