lundi 29 octobre 2007

A deux ans est-il toujours aussi intense?

Discussion que je viens d'avoir ce soir avec une de mes cops qui me lira sûrement, dont la fille est en phase de devenir une ex babi...D'ailleurs ce serait bien qu'elle vienne témoigner!! Alors oui, mon fils a deux ans et je pense qu'il est toujours aussi intense, mais cela se manifeste de façon différente...Ce n'est plus le post-it de Môman...
Voila pourquoi mes journées restent intenses: Pour aller se laver mon petit homme ne veut pas dans un premier temps, puis il veut aller tout habillé dans l'eau...Pour sortir du bain c'est l'enfer, il n'y a bien qu'une tétée qui puisse le faire changer d'avis. Ensuite il a un épisode de nudisme que je tente de respecter et pour l'habiller il faut courir partout dans l'appartement...Ensuite sortie du chien...Non il ne veut pas le sortir, jusqu'à ce que je sois dans l'ascenseur avec les chaussures à la main, le blouson, le bonnet, l'écharpe et la laisse du chien et que j'arrive miraculeuseument à mettre tout cet attirail à sa place quand l'ascenseur arrive au 0. Ensuite, bien c'est tellement super de sortir le chien , ben qu'il ne veut plus rentrer...encore une fois je dois lutter de négociations et lui expliquer une ennième fois la suite des évènements pour l'attirer à nouveau à la maison...Si je dois prendre la voiture...Il faut passer par multes tergiversations avant qu'il veuille bien se mettre dans son siège auto. Chaque change est une course contre la montre et parfois/ souvent derrière lui...La prise de médicaments ressemble après la ruse, la négociation, l'oubli volontaire de lui donner les médicaments, à une véritable séance de torture ou de catch au choix...Chaque sortie est à planifier, à expliquer pour éviter les cris et les changements d'activités sont à limiter sur une journée pour ne pas retrouver un enfant surexcité en fin de journée...J'ai donc parlé des journées...Sinon les nuits sont toujours mouvementées : entre 3 et 4 réveils mais qui sont calmés beaucoup plus rapidement qu'avant et qui me permettent de me rendormir plus facilement.
Alors si on me demande s'il est toujours un BABI...Je crois que je peux répondre par la positive!

3 commentaires:

Lynette a dit…

Oui, oui et oui. J'ai l'impression d'y être. Maintenant elle a un an et demi de plus, et on lutte vachement moins parce qu'elle n'y trouve plus son intérêt. En revanche j'ai l'impression de devoir lui rendre des comptes tout le temps, de tout devoir expliquer en long, en large et en travers. A un moment elle nous faisait même répéter plusieurs fois. Genre "J'ai bien compris ?". Maintenant à part nous demander tous les matins "Je vais où aujourd'hui ? C'est qui qui me conduit ?" Alors que 9 fois sur 10 c'est "chez nounou et c'est papa qui te conduit".
A trois ans et demi, elle est toujours usante parfois, avec des côtés collants mais c'est plus que super gérable... Et puis elle comprend quand on lui dit que c'est usant de répéter...

annemariloup a dit…

Je dirais qu'avec le temps l'imagination doit imperativement être renouvellée et renouvellée pour pouvoir avancer dans une journée!!! L'intensité est partout chez nous dans les rires aux eclats, dans les portestations, dans la nego,mais aussi a notre grand bonheur dans la demonstration de l'affection....Je dis Merci a mon fils de me faire autant grandir et avancer!!! J'attends numero 2 et je crois qu'elle sera différente mais si elle arrivait avec la meme intensité que son frere elle ne serait pas perdue du tout ds notre qutidien!!!

Tounute a dit…

Ici, à 2 ans et 2 mois, l'intensité est toujours très grande pour l'endormissement, les réveils, et les tétééééééééées (le gros kiff de sa vie), enfin il a toujours de gros besoins de contacts. Il est aussi très moteur, très actif, il l'a toujours été. Je ne vois pas de différence entre sa motricité et celle des enfants plus grands.
Pour le reste, je dois dire que je le trouve plutôt très sympa. Toutes mes copines parlent des crises, caprices, etc. Mon fils a 2 ans et l'immaturité qui va avec, bien sûr, mais je le vois souvent prendre sur lui, il est sensible aux explications. Il est aussi profondément gentil, toujours plein d'empathie, notamment envers les enfants qui pleurent, sans pour autant se faire marcher dessus par les terreurs des bacs à sable !